Accueil du site - Problématiques - Pistes de réflexion pour une utilisation d’internet en AMO

Recherche

Un article présent sur le site de l’AMO Transit intitulé « Si nous parlions d’internet » évoquait un projet porté par plusieurs AMO de l’arrondissement, Arpège et SDJ et par des maisons de jeunes de la région. Initié au départ d’un projet de prévention générale du CAAJ de Mons, l’idée centrale était alors de mettre ou de remettre internet dans la sphère familiale mais aussi de s’en servir comme d’un outil pédagogique. De plus, dans les suivis individuels effectués par l’AMO, de nombreuses questions et interpellations, avaient comme toile de fond des problèmes autour d’internet : « il (elle) ne mange plus avec nous, il (elle) est toujours devant son écran » ; « il (elle) ne fait plus ses devoirs » ; on ne le (la) voit plus, il (elle) est toujours dans sa chambre »… Les parents étaient aussi bien souvent perdus tant sur le plan éducatif que technologique : « je débranche le câble mais il réussit quand même à se connecter ». Il est, dès lors, difficile de communiquer dans la famille, de mettre des règles et de considérer positivement cette technologie. Les problèmes étaient aussi nombreux dans les écoles et notamment avec l’utilisation des réseaux sociaux et des conséquences dans le quotidien de certaines classes. Des phénomènes d’exclusion et de « bouc émissaire » prenant encore davantage d’ampleur.

C’est donc en allant à la rencontre des jeunes grâce au réseau des maisons de jeunes que les porteurs de ce projet ont pu évoquer ce thème avec le public. A l’aide d’animations et de photolangages, les jeunes rencontrés ont fait penser à de nombreux sujets et aussi à l’importance des parents : « nous on connaît internet mais nos parents ne comprennent pas toujours et on est parfois inquiets pour nos petits frères et nos petites sœurs ». L’idée initiale d’intégrer les parents, de permettre le débat dans les familles et aussi de permettre l’expression des jeunes dans la construction d’un outil a donc débouché sur la création du site www.jeunes-internet.be . Comme on peut le découvrir sur ce site, le projet continue et se développe avec les AMO de l’arrondissement. Des outils sont proposés aux jeunes mais aussi aux parents.

Dans la foulée de la concrétisation du projet de départ, des rencontres avec d’autres structures ont pu permettre des échanges et des groupes de travail. Des questions importantes et récurrentes continuaient à se poser et des réflexions devaient pouvoir se formaliser et se diffuser. Il est en effet difficile de ne pas considérer internet comme central dans la vie quotidienne des jeunes et donc de ne pas s’ouvrir à son utilisation dans le travail des AMO. Le collectif amo.net est donc arrivé avec comme objectif « de se pencher sur l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre du travail d’AMO. L’originalité de la démarche est que le focus n’est pas mis sur « les jeunes et les TIC », ce qui fait l’objet de nombreux travaux par ailleurs, mais sur la compatibilité de l’usage des TIC avec les missions des AMO. Un des principes des AMO est de travailler à et sur la demande des jeunes ; un autre est de travailler dans leur milieu de vie, sous toutes les formes de ce dernier. Or, les jeunes sont demandeurs de travailler avec les TIC, qui leur sont familières et qui font désormais partie de leur vie. Les AMO se sont donc posé la question : peut-on faire fi de cette réalité, et sinon, comment respecter le cadre de l’AMO ? » Un travail de ce collectif avec RTA a aussi permis de poser des balises importantes pour l’utilisation d’internet dans le travail en AMO. Points de repères sur la déontologie, sur les contenus utilisés, sur la liberté d’expression, sur la gestion par les adultes, sur l’éducation aux médias, sur la méthodologie ne sont que quelques exemples du travail effectué et dont l’entièreté est accessible via le site www.intermag.be (index.php/balises). Dans le même cadre, diverses expériences sont explicitées sur des thèmes qui posent de nombreuses questions pour les AMO comme cette utilisation des réseaux sociaux dans le travail individuel et communautaire.

Autour des questions sur internet, sur l’image et comment ces éléments peuvent transformer le rapport à la réalité, au monde et aussi à l’intime, les réflexions et les outils amènent des réponses parfois partielles mais qui ont le mérite de replacer l’éducation au centre des débats. Poser la question de l’éducation à l’image par exemple, c’est permettre aux jeunes, aux parents, aux professionnels de rester dans la réalité et de construire une utilisation positive des nouvelles technologies.

Article écrit par Dominique Leborgne