Accueil du site - Que fait-on ? - Travail social communautaire - Outils d’animation - La Tortue de Beaulaid

Recherche

« Il était une fois, une petite tortue… Elle avait de plus en plus peur des autres animaux qui étaient de plus en plus méchants avec elle, car c’était la plus petite et la plus faible ». Malheureusement, l’école peut être le décor de cette situation. Un élève peut subir les brimades régulières des autres enfants, et celles-ci, jour après jour, peuvent se transformer en véritable harcèlement.

Des animations sur le thème du bouc émissaire existaient en 5ème et 6ème primaire avec l’outil "Vide ton sac". Il nous semblait important de s’adresser à un public plus jeune, de 3ème et 4ème primaire parce que nous remarquons que ce type de violence s’installe très tôt. C’est ainsi qu’a été créée « La Tortue de Beaulaid ». Son but est de sensibiliser les jeunes à la problématique du bouc émissaire, à aborder le sujet en classe sans tabous, tout en proposant des pistes de réflexion. Les élèves sont amenés à se poser la question « Si je rencontre ces difficultés, quelles sont mes ressources personnelles, scolaires (l’enseignant, la direction, le centre PMS), familiales et sociales (AMO…) ».

Déroulement

L’animation “La tortue de Beaulaid” se base sur une histoire à raconter aux enfants, avec des dessins comme support visuel. Elle met en scène une tortue que les autres animaux excluent parce qu’elle est petite et faible et qui, grâce à son ami crapaud, reprend confiance en elle et réussit à avoir une relation harmonieuse avec les autres.

Par la suite, une activité pousse les élèves à se dire des gentilles choses, vraies et positives. Tour à tour un élève se cache sous une couverture, qui représente sa carapace de tortue, pour l’en faire sortir, les autres élèves doivent le complimenter, ce qui lui donne confiance.

L’autre activité est plus manuelle. Elle consiste à “bricoler” une chouette en papier pour l’offrir à un autre élève. Dessus, l’enfant aura écrit les points communs qu’il a avec cet autre élève. Cela permet d’apprendre à se connaître et de se trouver des ressemblances dont on ne se doutait pas.

Généralement, une continuité à l’animation est proposée. Après plusieurs semaines, d’autres animations peuvent être réalisées en fonction de la problématique présente (respect, intégration dans le groupe, acceptation...).

Par Alicia Alongi, en collaboration avec Maria Morelli et Brigitte Blanc du personnel psycho-social de l’AMO Transit.