Accueil du site - Parents - Grandir avec les écrans : la règle 3-6-9-12

Recherche

Plusieurs articles ont évoqué des thématiques qui concernent internet en général et l’éducation à l’image pour les jeunes en particulier. L’utilisation des réseaux sociaux par de nombreux adolescents, les risques d’internet et les répercussions que ce média peut provoquer, le rôle et la place des parents mais aussi parfois, la méconnaissance des adultes de cet outil sont quelques sujets fréquemment abordés.

La question générale d’une « bonne utilisation » de l’écran est aussi à l’ordre du jour. Même pour les bébés, la problématique des télévisions pour les touts petits est d’actualité. Des chaînes spécifiques pour la tranche d’âge de 6 mois à trois ans posent évidemment problèmes quand à la relation avec les parents mais aussi le risque de l’utilisation des cinq sens de l’enfant essentiel dans sa construction. L’idée de s’adresser, dès cet âge, à un public « consommateur » est donc très dangereuse.

Le débat n’est donc pas de présenter l’écran comme un mal absolu mais de pouvoir agir avec discernement et en respectant les rythmes de l’enfant. La règle « 3-6-9-12 » proposée par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste donne justement des repères qui peuvent être utiles pour les parents et les éducateurs. Cette règle, cautionnée par de nombreux pédiatres et pédopsychiatres, peut être synthétisée assez simplement. Nous reprenons ici « in extenso » les grandes lignes proposées par S.Tisseron sur les risques des écrans pour les enfants.

Règle numéro 1

Pas d’écran avant 3 ans, ou tout au moins les éviter le plus possible « Parce que de nombreux travaux montrent que l’enfant de moins de trois ans ne gagne rien à la fréquentation des écrans ». En effet, avant 6 mois, le bébé est très vite fatigué en regardant un écran. Ensuite, il est surtout intéressé par la forme comme les changements de mouvements des personnages ou des effets sonores inattendus. Ce n’est qu’à partir de trois ans que les petits ont des émissions favorites et commencent à privilégier davantage le contenu. C’est aussi la période où ceux-ci répètent des slogans ou des phrases publicitaires. C’est évidemment un constat compris depuis longtemps par ces publicitaires.

Règle numéro 2

Pas de console de jeu portable avant 6 ans « Aussitôt que les jeux numériques sont introduits dans la vie de l’enfant, ils accaparent toute son attention, et cela se fait évidemment aux dépens de ses autres activités. En outre, avant que l’enfant ne sache lire, les seuls jeux possibles sont sensori moteurs et basés sur la stéréotypie motrice ». La multiplication de l’utilisation des tablettes par de très jeunes enfants est aussi en train de se développer et cela pose question à de nombreux parents qui ne savent pas quelle position adopter.

Règle numéro 3

Pas d’Internet avant 9 ans, et Internet accompagné jusqu’à l’entrée en collège « L’accompagnement des parents sur Internet n’est pas seulement destiné à éviter que l’enfant y soit confronté à des images difficilement supportables. Il doit lui permettre d’intégrer trois règles essentielles : tout ce que l’on y met peut tomber dans le domaine public, tout ce que l’on y met y restera éternellement, et tout ce que l’on y trouve est sujet à caution parce qu’il est impossible de savoir si c’est vrai ou si c’est faux ».

Règle numéro 4

Internet seul à partir de 12 ans, avec prudence « Là encore, un accompagnement des parents est nécessaire. Il faut définir avec l’enfant des règles d’usage, convenir d’horaires prédéfinis de navigation, mettre en place un contrôle parental... » Dans un précédent article, « L’éducation à l’image, pour alimenter la réflexion sur le rapport des jeunes à l’image et à la société », nous avions abordé l’importance de l’éducation en lien avec les nouvelles technologies. Cyberdépendance mais aussi moyen de développer la créativité, possibilités d’ouverture sur le monde mais aussi risques possibles, les débats sur ces technologies sont donc complexes. A titre d’illustration, une récente étude universitaire (Universités de l’Iowa et de l’Ohio aux Etats-Unis) faisait état d’un impact négatif pour de jeunes adolescentes de l’usage des selfies (autoportrait photographique réalisé avec généralement avec un téléphone mobile pour être renvoyé ensuite sur les réseaux sociaux). En effet, les effets de comparaisons avec d’autres jeunes qu’elles connaissaient quant à l’image de leurs corps ont été constatés. Ces impacts négatifs étaient même plus importants que les photos des magazines.

Règle numéro 5

Une règle nécessaire, mais pas suffisante Ces quelques principes de base, peuvent être utiles pour des parents qui doivent mettre des limites, mais qui ne savent pas toujours peser le pour et le contre entre ce qui est épanouissant pour leurs enfants ou ce qui peut induire des risques. Cependant, cette réflexion renvoie la question générale des règles et des limites et cela dans tous les domaines de l’éducation. Pour S.Tisseron : « les écrans doivent être encadrés dès l’enfance et l’enfant éduqué aux médias. La règle « 3-6-9-12 » est une pièce majeure de ce dispositif, mais une pièce seulement ».

Quelques références utiles sur ce thème :

La campagne 3-6-9-12 : maîtrisons les écransPas de télé pour les moins de 3 ansGrandir avec les écrans "La règle 3-6-9-12"Qui a peur du grand méchant WEB ?Cyberdépendance et autres croquemitaines Et aussi l’excellent site www.yapaka.be , qui est une ressource indispensable et incontournable pour toutes les questions d’éducation.

Article écrit par Dominique Leborgne.