Accueil du site - Professionnels - Secteur AAJ - En route vers la coopération

Recherche

Après trois années de travail, de réflexion et d’investissement, notre projet de prévention de la violence à l’école se concrétise enfin. Celui-ci est né du constat que peu d’outils de prévention de la violence existent pour les plus jeunes enfants. Or, les recherches démontrent que les interventions de prévention auprès des jeunes enfants ont des effets bénéfiques à long terme alors que les interventions auprès des adolescents n’ont malheureusement que peu de résultats .

 [1]

L’AMO Transit, le CPMS de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Binche et le CPMS Provincial de La Louvière se sont donc associés pour créer un outil à destination des enseignants qui souhaitent traiter de cette problématique, avec des enfants du premier degré du primaire. Cet outil est composé d’une mallette contenant un livret pédagogique se déclinant en deux parties : les apports théoriques et une boite à outils regroupant plus de 80 activités et plusieurs ouvrages pédagogiques qui mettent en avant différents objectifs :

• Favoriser l’estime de soi

• Développer des habiletés sociales

• Créer un espace de parole

• Jouer et coopérer

Au travers de 9 habiletés à développer (Habileté pro-sociale, d’auto-contrôle, de communication, je me présente, d’affirmation de soi, d’expression des émotions, à doper l’estime de soi, de base, la générosité et l’entraide, de résolution des problèmes relationnels, je vis la confiance et la coopération) l’objectif est donc de favoriser une ambiance sereine et coopérative dans les classes. Toutefois, ces apprentissages essentiels ne peuvent être faits que par un ensemble d’actes nécessitant un engagement de l’enseignant et de l’école, actes permettant de créer un climat où l’entraide, la solidarité, le respect seront les moteurs. Ce programme de prévention a donc été conçu pour que l’enseignant puisse lui-même aborder ces apprentissages et ce, par le biais des activités proposées dans l’ouvrage. En effet, selon notre expérience, le fait que l’enseignant implante lui-même un tel programme permettra un meilleur impact car :

• Il partage le quotidien des élèves et peut de ce fait observer et repérer leurs besoins et difficultés.

• Il peut à tout moment renforcer les acquis et faire un rappel aux animations.

• Il noue une relation de confiance avec les enfants de sa classe et représente un modèle pour eux.

• Un plus grand nombre d’animations pourront être menées (même si elles ne sont pas très longues).

A l’heure où la prévention de la violence est une priorité, ce projet donne les moyens pratiques de développer les habiletés nécessaires à l’épanouissement personnel et social des enfants. L’AMO Transit peut être un soutien pour l’enseignant en réalisant avec lui des réunions où seront abordés ses questionnements ou en réalisant certaines animations en co-intervention avec lui.

Loredana Carru et Sonia Renero

notes:

[1] Prévenir la violence par l’apprentissage à la petite enfance, Tremblay, Gervais, Petitclerc 2008 www.excellence-jeunesenfants... (p2).