Accueil du site - Parents - Bonheur ?

Recherche

En ce début d’année 2014, la formule rituelle de présenter ses bons vœux comprend pratiquement souvent le mot bonheur. Dans le même élan festif, on fait ripaille et on offre des cadeaux à ses proches et surtout à ses enfants. Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour eux ? On veut leur bonheur à tout prix. Est-ce là, la formule qui permet de créer du bonheur ou du moins de l’amplifier ?

Le saviez-vous : le bonheur est bien un objet de recherche scientifique comme un autre. Alors, autant profiter des informations qui sont distillées pour améliorer notre qualité de vie familiale. Dans un rapport publié par « Environmental Science & Technology », le Docteur Ian Alcock de l’université d’Exeter Medical School d’Angleterre s’est penché sur la question pour nous fournir des éléments nous permettant de savoir quoi faire à l’avenir. Il a enrôlé avec son équipe de collaborateurs 1000 participants anglais vivant dans des villes. Il a divisé son échantillon en deux groupes. La première tranche de l’expérimentation a duré deux ans. Le premier groupe a vécu dans une ville plutôt grise puisque dépourvue d’espaces verts ou quasiment pas. Le second groupe, à l’inverse, vivait dans des quartiers qui en étaient pourvus. Ensuite, pour la deuxième tranche de trois ans, les deux groupes ont dû déménager pour migrer vers un autre quartier. Le groupe un est allé dans une zone urbaine avec espace vert et le second a fait le chemin inverse pour allé vers des zones grises.

Les résultats ont été comparé avec ceux d’autres études portant sur deux autres facteurs qui contribuent à notre bonheur : les gains dans des jeux d’argent et le mariage. Les gains d’argent ont un effet nul au départ. Un temps d’adaptation est nécessaire avant de réaliser ce qui nous arrive pour qu’enfin une amélioration de notre santé mentale soit effective, puis de stagner. Cette solution d’augmentation du bonheur a aussi une limite. Uniquement pour rappel : pour une mise de 1 euro vous avez une chance sur 8.145.060 de gagner le gros lot (un million d’euros) et à la condition d’être le seul. C’est très aléatoire. Mais on ne peut pas ne pas y penser… Le mariage, lui, présente un autre effet. Au début, la courbe de l’amélioration de notre santé mentale s’affole pour ensuite diminuer avec le temps et retrouver un profil identique d’avant le mariage.

Pour revenir à notre exemple de départ, les espaces verts quant à eux ont un effet sur la santé mentale des personnes. Voyons cela plus en détail. Le premier groupe (qui a vécu d’abord dans des zones urbaines dépourvues de ce type d’espace) a montré une nette et directe amélioration lorsqu’il a changé de zone d’habitat. L’effet, de plus, ne s’arrête pas. Il a duré au moins trois ans, c’est-à-dire jusqu’au terme de l’expérience. A l’inverse, le second groupe qui a migré vers des zones urbaines grises, lui, a connu une nette diminution de sa qualité de vie mentale. Notons que l’effet négatif commence même à se faire sentir bien avant le déménagement des participants. L’idée même d’aller habiter un endroit sans espace vert détériore déjà notre mental.

La conclusion s’impose d’elle-même : si nous voulons améliorer la santé mental de nos chères petites têtes blondes ou noires, habitons des quartiers agrémentés d’espaces de verdure et fréquentons-les. Au menu de 2014 : ballades à pied ou en vélo dans la nature, jogging…Cela nous fera aussi beaucoup de bien à nous, adultes. Mieux encore, si vous trouvez que les fêtes vous ont permis de prendre quelques kilos dont vous voudriez vous débarrasser, c’est une piste doublement rentable… Ah oui avant de terminer, c’est pas pour cela qu’il faut supprimer les cadeaux… Article écrit par Benoît Moury et Photo Donovan Moury